Que mange ces gens bizarres ? Sans… « Gluten, lait, viande, crustacés », tout à la fois !!???

Julie - 7 mai 2021

La Magie des Enzymes pour le confort digestif… mais pas que !

Julie - 7 mai 2021

Le maquillage et moi, toute une histoire ! …et découverte de la marque Zao qui a répondu à toutes mes attentes.

Julie - 7 mai 2021
Que mangent ces gens bizarres - sans lait, sans gluten, sans viande, sans crustacés - végétarien, végétalien, vegan - lesaventuresdejulie.com
La Magie des enzymes digestifs - Terrazymes - doTERRA - Julie Emery - Julie Magie - lesaventuresdejulie.com
Le maquillage et moi, toute une histoire ! ...et découverte de la marque Zao qui a répondu à toutes mes attentes - Julie Emery - lesaventuresdejulie.com

Le maquillage, le vernis à ongles, les soutien-gorges, les chaussures à plus ou moins talons hauts, les bijoux et les accessoires de cheveux… Nous avons toutes nos histoires avec ces « trucs de filles » comme disent les hommes 😁

Aujourd’hui je vous partage mon histoire avec le maquillage (et d’ailleurs même si ici je ne vous parle ni de vernis à ongles, ni de chaussures à talons, ou encore de bijoux, d’accessoires de cheveux ou de soutiens gorges, vous pouvez considérer que grosso modo ce que je vous raconte-là est valable également pour tous les autres « trucs de fille » aussi dans mes expériences de vie 😉)

Ma p’tite anecdote

Après quelque chose comme 7 ans sans avoir touché à aucun maquillage j’ai ENFIN trouvé LE maquillage qui me fait plaisir à mettre sur mon visage et me permet de rester complètement moi-même sans me transformer en poupée de cire à la peau trop lisse et sans expressions que je ne reconnais pas dans le miroir !

Je vous raconte mon histoire avec le maquillage et la découverte de cette super marque.

J’ai piqué votre curiosité ? 

C’est parti pour *l’histoire Magique* !

Zao Makeup - partenariats Magiques - codes de réduction - Julie Emery - Lesaventuresdejulie.com

Du « maquillage chéri » au « naturel à tout prix »


Le maquillage, une évidence pour moi…

Comme je vous le disais, j’ai arrêté de me maquiller pendant quelque chose comme 7ans.

J’ai par le passé été une habituée du maquillage, autant du plutôt genre naturel de tous les jours au plus sophistiqué pour les soirées ou mariages. Ma grande sœur est esthéticienne de formation, a été formatrice, puis responsable de secteur d’une grande marque de cosmétique. Ma maman a toujours été passionnée de beauté, elle a même fini par travailler dans ce domaine. C’est vous dire si le maquillage et le savoir-faire dans le domaine, eh bien… j’ai baigné dedans et c’était une évidence !

À l’adolescence, dès que j’ai eu un âge décent pour le faire, j’ai commencé à me maquiller. D’abord par petites touches, puis j’ai approfondi mes connaissances et testé des maquillages plus élaborés pour les occasions. 

J’étais une fana de l’eye-liner. Et attention, pas question que le «chpitz » (la pointe extérieur tu trait qu’on fait remonter) ne soit pas au millimètre près exactement comme j’aime ! Mais j’avais de l’expérience, alors il était bien rare que je me rate. 😄

…Jusqu’au jour de ma quête du naturel

Et puis un jour, je me suis mise en quête du moi version plus naturel. Qui suis-je sans artifices aucun (maquillage, vernis à ongles, soutien-gorges rembourrés, bijoux…) ? Suis-je capable de me plaire sans cela ? Est-il possible également que je plaise sans cela ? Telles étaient mes questions et mes souhaits d’explorations.

Au début, j’ai du m’habituer à mon visage sans camouflage. C’était nouveau de sortir comme ça avec mes imperfections (plus ou moins petits/gros boutons d’acné, points noirs, cernes, tâches de cicatrices de boutons…).

Et puis finalement au bout d’un petit moment, je me suis acceptée telle quelle et être au naturel est devenu… naturel ! 😅

Quelques années sont passées puis j’ai testé de me re-maquiller. Je ne sais plus trop pour quelle raison. Là, ça a été le choc. Je ne me reconnaissais plus. J’utilisais pourtant que du maquillage de teint vraiment ton sur ton avec ma peau et «  »peu couvrant » mais… J’avais l’impression d’avoir perdu tous mes volumes naturels du visage. Mes creux, mes bosses, mes expressions (et pourtant si si, je respectais bien les ombres et lumières avec le blush je vous l’assure). J’avais l’impression d’avoir un visage lisse façon poupée de cire. Trop parfait en fait.

Cette expérience m’a confortée dans ma non-envie de retenter l’expérience et de rester nature coûte que coûte. 

Des expérimentations du naturel jusqu’au bout et dans toutes les situations

J’ai expérimenté et osé jusqu’au bout.

J’ai eu plusieurs jobs salariés au contact de la clientèle auxquels je suis allée depuis l’entretien d’embauche jusqu’aux jours de travails eux-même sans maquillage.

J’ai fais mes prestations en temps qu’entrepreneur sans maquillage également, que ce soit lors d’interventions avec des particuliers ou même en entreprises.

J’ai également fait la grande majorité de mes vidéos YouTube sans maquillage et tourné dans un court métrage de même (sauf pour les photos entre les différentes scènes, car je les ai fais juste après ce que je vous raconte en-dessous ⬇️)

Le retour du Make-up !


L’expérience qui a tout déclenché

Ma dernière expérience en date était de tourner des vidéos pour une formation en ligne d’un autre entrepreneur dans laquelle je devais intervenir comme « guide » pour donner des consignes et indications. 

J’ai fais cette expérience de bon cœur et avec toutes mes peurs au ventre. Ce n’est pas pareil de tourner pour sa propre chaine YouTube/blog, que de tourner pour l’intérêt de quelqu’un d’autre, que ce soit en temps qu’actrice, ou encore pour intervenir de façon professionnelle. C’était encore une étape pour moi.

Bref, j’ai tourné toutes mes vidéos sans maquillage.

Je m’étais vue la veille ou l’avant veille à l’écran car j’étais en parallèle sur la fin du tournage du « Guitariste en couple« , le fameux court métrage dont je vous parle. …et aux dernières nouvelles, ça rendait plutôt bien.

Sauf que… C’était sans compter un problème de réglage de la caméra.

En effet, je voulais pouvoir être autonome quant au montage de mes vidéos, et pour cela, le caméraman à qui j’avais fait appel avait choisi un réglage simple, en mode automatique qui serait forcément compatible avec mon logiciel de « pas pro du montage ». Sauf que… ce caméraman n’avait jamais testé « en vrai » ce réglage, et… après avoir tourné toutes les vidéos (chacune répétées au moins 10 fois pour ne pas bafouiller, avoir le ton qu’il faut, les bons mots, ne pas oublier le texte etc…) pendant une journée complète, sans pause… et seulement à ce moment là : on a regardé les rush (le enregistrements tels quels sans retouches ni montages).

Là horreur, les vidéos étaient non-seulement sombres, mais en plus elles accentuaient les ombres. Autant vous dire que je ne m’étais jamais vue avec autant de cernes de ma vie ! Un vrai petit panda ! 🐼

En plus finalement j’ai délégué une grande partie du montage qui été fait sur un logiciel professionnel (ça ne valait vraiment pas le coup d’avoir fait ce réglage de caméra 🙄). J’ai demandé à la personne qui s’en est occupée de tenter une amélioration des couleurs, mais… Malgré tous ses efforts, les améliorations n’étaient pas franchement énormes et surtout n’étaient pas vraiment possible. Comme on dit dans le jargon : les « noirs étaient cramés », partant de là, on est bloqué.

Je n’avais ni la disponibilité temps, ni l’environnement propice, ni l’énergie de refaire les vidéos, je les ai donc envoyées ainsi.

Une réflexion qui m’a fait réagir

J’ai reçu de chouettes retours quand à ma prestation : le choix des mots, leur prononciation, l’énergie qui se dégageait de moi…

Mais… une question est venue. De façon très joliment et délicatement amenée mais qui m’a bien touchée. On m’a fait remarquer qu’à l’image, le contour de mes yeux était très marqué de couleur marron. On en est venu à supposer que cela serait une marque de soleil due à mon voyage en Nouvelle Zélande récent ou encore au reflet d’un problème de santé quelconque…

Aïe, et mer**. Ça pique ! Certes, le problème de réglage de la caméra était la plus grande cause de ce problème, mais quand même, ça pique…

Pour répondre à la question que vous vous posez certainement : non, ces vidéos n’auront pas été publiées sur le net et ne seront pas diffusées…

Une question d’équilibre et de choix selon les situations

Dans ce genre de cas, c’est mes amies qui sont souvent mes interlocutrices préférée. Grand merci à elles qui se reconnaîtront certainement. L’une d’entre elle qui me connait depuis moultes années et avec qui j’ai partagé encore plus de choses qu’avec les autres, m’a été très « nourricière » dans mes réflexions internes et questionnements philosophiques qui ont suivi.

Pourquoi trouve t-on les cernes moches ? Est-on moche quand on a des cernes ? Est-ce grave ? Pourquoi (se) trouve t’on plus jolie avec du maquillage ? Pourquoi les hommes plaisent au naturel plus que les femme ? Pourquoi les cernes des hommes ne nous posent pas de problèmes ?

Ceci n’est qu’un minuscule extrait des questions qui se sont bouleversées dans ma tête. En fait c’était comme si cet événement tombait à pics pile au moment où j’étais prête à remettre en question mon point de vue sur le maquillage et les « artifices » de beauté.

La conclusion en a été :

🌟 Le monde de la vidéo peut demander à ce qu’on soit maquiller pas forcément pour des questions de beauté, mais pour des questions de jeu de lumières qui forcent notamment tels ou tels traits/ombres ou au contraire blanchissent parfois trop, mais aussi pour des questions de ratification de la peau. Et ici, ce ne sont pas que les femmes qui sont concernés, mais les hommes aussi lorsqu’on veut de chouettes vidéos !

🌟 Se maquiller peut-être parfois plaisant, et même un outil de mise en condition interne dans certaines situation. J’aime beaucoup l’exemple de mon amie qui a un « rouge à lèvres de combat » spécial pour les jours de négociation/RDV importants qui l’aide à se mettre dans les bonnes conditions internes pour être au top.

🌟 Ok pour mettre du maquillage de temps en temps, mais hors de question : de me sentir inconfortable dans ma peau (ça tire, ça pique, ça gratte), d’avoir l’effet poupée toute lisse, de mettre des produits que j’estime de qualité trop basse pour ma peau, non-écologique et non-respectueux des animaux. Ce qui veut donc dire : trouver LA marque idéale.

La recherche de MA marque idéale. Une belle trouvaille


Un retournement fulgurant

Une fois ce moulinage interne (tête, cœur, corps) fait, autrement dis le lendemain après-midi de l’événement (oui chez moi, les trucs qui me perturbent se doivent d’être traités illico presto, et avec un P majuscule à Presto 😆), je me suis mise en quête de ma marque parfaite.

J’ai sollicité mon super groupe de contacts professionnels dans le domaine du bien-être au naturel qui était forcément susceptible de connaitre une marque telle que je la cherchait, j’ai également fait des recherches de mon côté et… Bingo, j’ai trouvé !

J’avais décroché un RDV le lendemain matin à 10h chez une esthéticienne à 15 min à pieds de là où je me situais qui travaille avec une marque qui semblait répondre à mes attentes pour qu’elle me montre et me fasse tester.

Tant que j’y étais, j’ai suivi ma « vibe » envie beauté et prendre soin de moi par le soin de mon apparence et j’ai pris RDV chez un coiffeur du coin qui m’inspirait pour 9h, juste avant l’esthéticienne pour un changement de look.

C’est ainsi que le lendemain matin, j’ai découvert la marque Zao Makeup. Du maquillage à base de bambou, produits naturels, bio, vegan, cruelty free (même pour les cochenilles), écolo avec des systèmes de recharge et de boîtes en bambou et qui ne me fait pas un visage de poupée tout en atténuant suffisamment les imperfections ! Bref, le top quoi !

Je suis même retournée acheter des vernis à ongle le lendemain. Ils sont surprenant, ils tiennent bien alors qu’ils sont « 10 free » (= sans les 10 produits pas cool qu’il y a souvent dans les vernis à ongles), sont bien couvrants, et il y a un large choix de chouettes couleurs des plus naturelles aux plus glam’ rock.

Comme à chaque fois que je rencontre une marque qui fait sens pour moi, c’était une évidence que je devais devenir une de leur partenaire, ce qui est maintenant le cas.

Je vous propose donc de découvrir la marque Zao Makeup ici ⬇️ :

Pour le plaisir du partage, un petit bonus

Pour le plaisir de vous partager un de ces moments dingues de retournement de ma vie, j’ai envie de vous partager la suite de cette fameuse journée et un bonus :

Je suis donc allée chez le coiffeur, puis Chez l’esthéticienne (chez qui j’ai renouvelé toute ma panoplie de maquillage), et en interne j’avais pré-activé l’envie de retrouver un style à mon look, mais toujours en respectant mes fondamentaux : confort, pratique, et faire en sorte d’avoir à acheter peu pour générer le plus gros effet.

En sortant de mes RDV, je suis passée devant une petite boutique de vêtements dans laquelle j’ai eu, je ne sais pas pourquoi (intuition certainement), envie de rentrer. Ici j’ai trouvé : deux vestes et un sac à main qui à eux seuls avaient le pouvoir d’apporter pile la touche soit Glam’ rock, soit champêtre que je cherchais pour toutes mes tenues. Quelques jours plus tard j’ai craqué aussi sur une robe longue qui m’avait tapé dans l’œil mais qui m’avait demandé un peu plus de réflexion et était disons… moins nécéssaire 😇

Quand les planètes s’alignent (ou quand on s’aligne avec soi-même)… Tout s’aligne !

Et pour finir le clin d’œil : quelques jours plus tard, sans que rien ne soit prévu, prémédité, imaginé en ce sens, un grand changement dans ma vie s’est opéré pour ouvrir sur une nouvelle voie personnelle. C’est ti pas Magique tout ça ?

Mes dernières p’tites notes

🌟 Astuce : vous avez envie de pleins de produits Zao mais ça fait « hips » question budget ? Vous pouvez opter pour l’achat des recharges au lieu du produit avec le joli emballage bambou complet. Ça fonctionne très bien même si c’est légèrement moins esthétique. Je l’ai fais pour quelques-uns des produits que j’ai pris et ça revient moins cher.

🌟 Si vous prenez des poudres compactes, soyez vigilantes, elles sont souvent vendues sans boîtes (démarche écologique), je vous recommande d’acheter en parallèle la boite en bambou spéciale et aimantée qui va très bien et est très qualitative (dans accessoires => boîtier rechargeable).

🌟 Le service client est sympa (en tous cas par mail, c’est comme ça que moi je les ai contacté), osez les contacter en cas de besoin 😉

🌟 Pour m’aider à continuer mon activité de blogging et toujours vous partager autant de belles trouvailles que j’en trouve, si vous souhaitez acheter des produits Zao, seriez vous d’accord de cliquer sur l’un de mes liens ou bouton menant à la boutique que je vous ai mis dans cet article ? C’est mon lien d’affilié qui me permet d’avoir une petite récompense lorsque des personnes achètent du fait de ma recommandation. Merci à vous par avance !

🌟 Pour voir toutes les autres marques que je recommande (et pour certaines j’ai même réussi à vous dégoter des codes de réduction), c’est par-ici !

Et vous ? Comment vivez-vous le maquillage ?

Avez-vous testé la marque Zao ?

Avez-vous une marque tip top à nous partager ?

Dites-nous tout en commentaires !

(C’est un peu plus bas dans la page)

Déposer un commentaire

En confirmant l’envoi de ce commentaire sur le site lesaventuresdejulie.com j'accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler. Si je demande à être informé(e) des prochains commentaires de cet article, je recevrais des emails qui m’informeront de ceux-ci. Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l'utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.