P’tit tour au pays de l’aventure, des merveilles et de la Force

Julie - 23 mars 2017

Immortaliser votre grossesse avec un moulage du ventre en plâtre !

Julie - 23 mars 2017

Plongée dans l’univers d’Alice au Pays des Merveilles. Fantaisie, folie et… philosophie ?

Julie - 23 mars 2017
Disneyland Paris 2017 - saison de la Force - Lesaventuresdejulie.com
Alice au pays des merveilles - philosophie

Comme je vous le disais dans mon précédent article, il y a quelques temps, j’ai eu envie de (re-)découvrir l’univers d’Alice au pays des merveilles. Après avoir visiter diverses interprétations de celui-ci, j’ai eu envie de plonger plus loin dans la réflexion…

Ma petite anecdote

Vous l’avez certainement remarqué, je suis une passionnée d’univers, notamment s’ils sont magiques, fantastiques ou merveilleux. J’ai découvert d’ailleurs il y a peu que ce phénomène portait le nom de geek et que pour être geek, contrairement à ce que je pensais, cela ne nécessitait pas une grande pratique des jeux vidéos ni d’une grande connaissance en informatique. Je suis donc une geek ! Et cela m’amuse énormément de dire ça. Ca c’était la révélation du jour, tindiiiin ! 😉

Ce que j’aime particulièrement et dont j’ai notamment pris conscience au travers de ma pratique du développement personnel avec Fabien Roussel, c’est que les univers, qu’ils soient sous forme de films, de livres, de jeux, ou autre, sont une source d’évolution et d’apprentissages. Et plus je me laisse l’opportunité de plonger dedans, plus je vois le potentiel de ces supports, que ce soit en terme de transformations intérieures, mais aussi de réflexions plus ou moins philosophique (j’adore ça ! Oui oui aussi grande découverte de ces dernier temps).

Lors de mon exploration de l’univers d’Alice au pays des merveilles, j’ai eu envie de noter non seulement les messages que j’y ai trouvé (citations), ce que j’en ai perçut (ressentis), ainsi que les réflexions que cela m’a amené. Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous 3 de ces réflexions.

…Un peu comme des clefs Magiques d’Alice au pays des merveilles !

Vous avez envie d’en savoir plus ?
C’est parti pour * les réflexions Magiques * !

Alice au pays des merveilles philosophie - lesaventuresdejulie.com

1. Sens des mots et mots du sens

Lewis Carroll s’amuse particulièrement avec les jeux de mots et crée ce qu’on appelle des mots-valises, ce qui est très bien reprit par Tim Burton (la guigandélire, le jour Frabieux…). Mais il joue également sur l’ordre des mots, notamment dans le chapitre 7 « Un thé de fou ». Ici Alice dit une phrase, puis la redis en mélangeant les mots en supposant que la signification est la même. Le Chapelier (et par la suite les autres personnages), fait remarquer qu’une phrase ne veut pas du tout dire la même chose suivant que les mots soient dans un sens ou dans un autre. « Je vois ce que je mange » n’a pas la même signification que « Je mange ce que je vois » ou « J’aime ce qu’on me donne » ne veut pas dire « qu’on me donne ce que j’aime ».

Ce constat m’a amené à cette réflexion : le pays des merveilles est-il un pays merveilleux ?

« Le pays des merveilles » signifie que c’est un pays où il y a des merveilles. C’est un fait. La formulation « le pays merveilleux » quand a elle, amène un autre sens. Elle suggère que la personne qui s’y trouve le perçoit comme étant merveilleux. Ici ce n’est plus un fait, mais plutôt une forme de jugement, d’interprétation. Mais rien ne dit que celui qui visite le pays des merveilles le percevra comme étant merveilleux. Peut être le considérera t’il, selon son point de vue comme affreux. Nous le voyons d’ailleurs ne serait-ce que par nos diverses façon de caractériser l’univers d’Alice. Certains le disent déganté, d’autres amusant, d’autres encore sombre… Ce qui amène cette conclusion : ce n’est pas parce qu’un pays est rempli de merveilles qu’il est forcément merveilleux. Cela dépend de la façon dont chacun souhaite le percevoir, ce qu’il en fait, et la posture qu’il choisi d’adopter dans son interaction avec ce monde.

Finalement c’est une réflexion que l’on peut facilement ramener chez nous. Notre monde n’est-il pas rempli de merveilles ? Les arbres, le ciel, la terre, les animaux, les êtres humains,… On pourrait dire finalement, que d’une certaine manière nous vivons tous au pays des merveilles ! 😀

Alors si nous vivons au pays des merveilles, est-ce que chacun le perçoit pour autant comme merveilleux ? Certains disent que notre monde est perdu, perverti, qu’il est devenu affreux,… Mais finalement, n’est-ce pas qu’une question de point de vue ? L’évolution en elle-même ne relève t-elle pas de l’ordre du merveilleux ? Qu’adviendrait-il si on choisissait chaque jour de voir les choses comme étant merveilleuses ?

2. Transformer son environnement, histoire de posture

Cette première réflexion m’a amené à cette seconde : suivant la posture que l’on adopte, non seulement on vit les choses différemment, mais on transforme également notre environnement.

Alice ici est un bel exemple je trouve. Lorsqu’elle subit Wonderland (notamment dans le livre), qu’elle le considère comme bizarre, hors norme et autres, il a beau être rempli de merveilles, elle ne le voit pas toujours comme tel. En revanche, lorsqu’elle prend sa vie en main (notamment dans les films de Tim Burton), qu’elle décide que c’est son univers à l’instant T et ce, même si ce qu’elle voit ne correspond pas à sa réalité habituelle, ce monde peut devenir merveilleux (dans le sens qu’elle peut y voir et vivre des choses merveilleuses et non l’amalgame qui dit « = tout beau tout rose »). Ce qui amène des aventures qui seront d’ailleurs de grosses étapes de transformation d’elle-même.

Avez-vous déjà remarqué que dans un même lieu, avec les mêmes personnes, suivant le jour et votre posture intérieure (assurance, conquérant, mou-mou, blasé…), vos interactions tant avec l’environnement qu’avec les personnes sont différentes ? Par exemple ne serait-ce qu’au travail un jour ou vous êtes en pleine forme et de bonne humeur, comparé à un jour où vous êtes fatigué et non-motivé… Pourtant l’environnement lui n’a pas changé, et vous êtes toujours la même personne ! Et pourtant suivant votre posture il réagit différemment et vous aussi.

Alors vous vous dites peut-être, « ben oui, mais quand je suis fatigué(e) et blasé(e), ben je ne peux pas y faire grand chose !  ». Quenéni, ça c’est ce qu’on veut bien croire ! Nous avons plusieurs champs d’action pour changer nos états d’être et je vous donne même des clefs ici ou encore . Et pour amener un test grandeur nature avec amusement je vous donne une idée par-là ! Vous en aimeriez encore d’autres ? Vous en trouverez dans le livret cadeau « 3 clefs pour amener un souffle de Magie dans votre quotidien » que je vous offre lors de votre inscription à la newsletter du blog. 🙂

« L’impossible devient possible si on croit qu’il est possible » (Alice),
« Le bonheur n’est pas une destination, c’est un style de vie » (OA).

3. Où dois-je aller ? Quel chemin prendre ?

Alice : « De quel coté dois-je me diriger ? »
Chat du Cheschire : « Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller »
Alice : « Cela m’est assez indifférent »
Le Chat : « Alors peut importe de quel côté tu iras »
Alice : « …pourvu que j’arrive quelque part »
Le Chat : « Oh, tu ne manqueras pas d’arriver quelque part si tu marches assez longtemps »

Pour trouver son chemin, savoir où l’on veut aller

Je trouve que ce passage est porteur d’énormément de sens. Il est vrai que dans la vie on cherche souvent notre chemin. Que dois-je faire ? A quoi suis-je destiné(e) ? Ce sont des questions que l’on est tous amené au moins une fois à se poser. On se sent parfois tellement perdu, que l’on cherche à ce que d’autres nous disent qu’elle voie suivre. Mais comment quelqu’un pourrait-il nous donner le chemin approprié si nous ne savons pas nous-même dans qu’elle direction nous voulons aller ?

Bien sûr que d’autres peuvent nous aider, néanmoins, il ne faut pas confondre aide et s’en remettre complètement à la vision de quelqu’un. Pourquoi ? Parce que personne n’est nous. Et que chacun, malgré sa fine connaissance de l’autre, des ressentis puissants, interprète et conseille en fonction de sa propre façon de voir les choses. Par exemple : avez-vous déjà fait les boutiques avec un(e) ami(e), de la famille ou même avec un conseiller(e) en image et retrouvé(e) avec des vêtements que vous n’avez jamais porté ? Pourtant la personne vous avait certainement dit « Oh oui prends-le c’est totalement toi ! ». Mais quel moi ? Le moi dans  : 1- sa perception et 2- à un instant T. Sauf que cette perception est forcément altérée par sa propre façon de voir les choses.

Ce qui amène l’idée suivante : faire régulièrement un point de ses souhaits réels, ses envies, ses objectifs dans les différents domaines de sa vie mais également avec les personnes avec qui on vit.

Personnellement j’ai décidé de me créer une forme de Bullet Journal (sur ordinateur). Il me permet en début d’année, ainsi qu’à chaque début mois de noter quels sont mes caps (ou objectifs) ainsi que les petits pas qui me permettront de les atteindre, que ce soit au niveau professionnel, personnel, développement personnel mais aussi mes envies (de l’année, du mois). Presque à chaque fois, j’ai l’impression que je ne sais pas trop ce que je veux, et puis dès que je me questionne, je me rends compte que finalement j’ai connaissance de l’essentiel des informations dont j’ai besoin pour me diriger.

Quelques idées de questions :

  • Quels sont mes 5 caps (objectifs) professionnels ? Personnel ? Développement personnel ? En relation avec (personne) ?
  • Qu’est qui me ferait plaisir de faire ?
  • Qu’est-ce qui me ferait plaisir d’avoir ?
  • Avec qui j’ai envie d’être en contact ?
  • Combien de temps j’ai envie d’octroyer à … ?
  • Qu’elles sont les actions ou les petits pas pour faire ces choses là ?

J’aime aussi intégrer une page où je note chacun de mes accomplissements. Pas les tâches accomplies, mais toutes ces choses que j’ai faites et qui ont de la valeur pour moi.

Et si j’étais le Chat…

Cet échange entre Alice et le Chat du Cheschire m’amène à une seconde pensée, cette fois en me mettant du côté du Chat.

Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que souvent, lorsqu’on nous pose une question de ce genre, on a tendance à répondre en disant à la personne ce qu’elle devrait faire suivant notre propre vision, ressentis, nos peurs, ce qu’on connait de la personne, etc… Sauf qu’on ne sait même pas ce que cette personne souhaite réellement dans sa propre réalité, dans sa propre façon d’interpréter cette réalité et à l’instant T.

En revanche, le Chat du Cheschire lui, ne cherche pas influencer Alice sur son choix de chemin. Il lui répond d’une façon qui me parait très juste, en la questionnant :

Le Chat : « Où souhaitez vous aller ? »
Alice : «  Cela m’est assez indifférent »,
Le Chat : «  Alors peut importe de quel côté vous irez »
[…]

Il continue ensuite en lui expliquant les choix qui s’offrent à elle :

Le Chat : «  Dans cette direction-ci habite un chapelier, dans cette direction-là un lièvre de Mars. Tu peux aller rendre visite à l’un ou à l’autre, ils sont fous tous les deux ».

Au fur et à mesure de la discussion, cela amène Alice à ajuster ses demandes et ses souhaits. Tout d’abord, en disant que certes, cela lui est indifférent le lieux où elle va, mais elle souhaite que ça la mène quelque part. Puis, de dire ce qu’elle ne veut pas, ce qui est déjà une grande chose.

Alice : « mais je ne veut pas aller parmi les fous ! »

Je trouve deux clefs à ce passage version Chat :

  • Tout d’abord, lorsqu’on est face à une personne qui nous pose ce genre de question, il peut être un chouette modèle de réponse. Pour moi, c’est le modèle – grosso modo – d’une réponse de coach en développement personnel,
  • Ensuite, la seconde clef est pour moi de vérifier, lorsqu’on voit un praticien quel qu’il soit, qu’on a posé son intention dès le départ, qu’on lui a bien dit « où l’on souhaite aller ». Cela permet que son rôle soit bien « de nous indiquer le chemin », ou « de nous aider à traverser ce chemin », sinon on sera toujours dans un système où l’autre nous influence dans la direction qui lui parait la meilleure, mais qui aussi bonne soit-elle, n’est pas vraiment ce que l’on cherche.

« Ce que l’homme appelle vérité, c’est toujours sa vérité, c’est-à-dire l’aspect sous lequel les choses lui apparaissent » (Protagoras)

Mes dernières p’tites notes

Pour conclure cet article, voici quelques citations qui m’ont particulièrement parlé :

  • « Il s’agit de ma vie, c’est à moi de prendre mes décisions » (Alice)
  • « Je suis moi-même un peu plus chaque jour » (Alice)
  • « Parfois le matin, je m’amuse à admettre 6 choses impossibles avant de prendre mon petit-déjeuner » (Alice)
  • « Père, croyez-vous que j’ai complètement perdu la tête ? », « Je le crain fort. Tu es déboussolée, tu es illuminée, tu es devenue folle. Mais je vais te dire un secret, la plupart des gens bien le sont » (Alice et son père)
  • « Tu as ta taille normale, et c’est une bonne taille, c’est une taille idéale, c’est la taille parfaite, c’est la taille Alice, c’est la taille qu’il faut » (Le Chapelier)
  • « Qui es-tu ?  », « Absolème ? », « Non c’est moi Absolème, la question est qui es-tu toi ? » (Absolème et Alice)
  • « Même si la vie n’a pas de sens, qu’est-ce qui nous empêche de lui en inventer un ?  » (Alice)

Au regard de ces citations et du nombre qui me parlent venant d’Alice, je conclurais en disant que je me reconnais beaucoup en elle ! 😀

Et vous, qu’elles réflexions vous amène cet univers ?
Quel messages avez-vous trouvé et interprété ?
Dites-le moi dans un commentaire !

Commentaire philosophie Alice au pays des merveilles - lesaventuresdejulie.com

Crédits photos : Julie Emery (lesaventuresdejulie.com)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

5 commentaires

  1. Coucou julie,

    Alors la quelle découverte! Tu viens de me faire (re)découvrir Alice sous un angle que je ne connaissais pas!
    Effectivement ce dessin animé est pleins de messages cachés 😉

    J’aime bien cette citation :

    « Si vous connaissiez le Temps aussi bien que moi, dit le Chapelier, vous sauriez qu’on ne le perd pas. Il se perd tout seul. »

    A bientôt,

    1. Salut * Sabrina * !

      Ahahah et encore, ne serait-ce qu’en réfléchissant encore un peu je suis sûre qu’on peut en trouver encore une multitude d’autres et chacun à sa façon 😉

      Oh oui très chouette cette citation ! C’est dans Alice, de l’autre côté du miroir c’est ça ? Celui-ci (film produit par Tim Burton) est très chouette dans le rapport au temps, pleins de pépites Magiques également…

      Merveilleuse fin de journée à toi ! 🙂

  2. Oui c’est Tim Burton, et que de citations dans ce film en effet! Ca ferait de bons sujets de philo 😉

    bonne journée et contente de te suivre dans tes « aventures magiques  » 😉

    Sabrina

  3. Super article! Merci pour ce partage 😀
    Un ami italien a publié un passage de Alice aussi sur Facebook hier, je crois que c’est tiré du livre, c’était juste merveilleux ! j’ai mis google translate (quand même pas terrible) car je n’ai pas tout compris à 100% en italien , je vais essayé de faire une meilleure traduction:
     » mais tu m’aimes ? » demanda Alice.
     » Non, je ne t’aime pas. » répondit le lapin blanc.
    Alice plissa le front et commença à se frotter nerveusement les mains, comme elle faisait toujours quand elle se sentait blessée.
     » Voilà, tu vois ? – dit le lapin blanc – maintenant tu te demandes ce que tu as fait de mal, car tu n’arrives même pas à te vouloir à toi même un peu de bien, c’est ce qui te rend si imparfaite, fragmentée. C’est précisément pour cela que je ne peux pas t’aimer. Parce qu’il y aura des jours dans lesquels je serai fatigué, irrité, avec la tête dans les nuages et je te blesserai. Chaque jour qui passe on doit réussir à faire fi des sentiments d’ennui, d’oublis, d’incompréhension. Mais si tu ne t’aime pas au moins un peu, si tu ne crées pas une armure de pure joie autour de ton coeur, mes faibles piques se feront mortelles et te détruiront.
    La première fois que je t’ai rencontré, j’ai fait un pacte avec moi-même : je me serais empêché de t’aimer jusqu’à ce que tu n’aies pas appris toi d’abord à te sentir précieuse pour toi-même. Donc, Alice, non, je ne t’aime pas. Je ne peux pas le faire. »
    Voilà petit texte de pourquoi c’est bien de s’aimer soi-même d’abord…

    1. Bonjour * Chloé * !

      Wouah ! Génial cet extrait ! Je ne me souviens pas pourtant de ce passage dans le livre… Peut-être est-ce dans le second tome « De l’autre côté du miroir »…? Celui-ci je ne l’ai pas lu, juste vu en film.

      En tous cas je trouve vraiment intéressant et puissant, et les mots et formulations eux-même me paraissent chouette lire, relire, et intégrer en plus de la signification générale.

      Merci beaucoup pour ce partage et à très bientôt j’espère ! 😀
      Belles aventures à toi !

Déposer un commentaire