Le sourire, une merveilleuse clef pour être heureux

Julie - 31 mars 2015

Les pouvoirs détoxifiants du ménage de printemps

Julie - 31 mars 2015

J’ai testé Nuvaring, l’anneau contraceptif anti-oubli

Julie - 31 mars 2015
Sourire pour être heureux
Les pouvoirs détoxifiants du ménage de printemps.
Nuvaring, l'anneau contraceptif anti-oubli !

La plupart des femmes prennent des contraceptions hormonales une bonne partie de leur vie… Et si on amenait un peu de pratique pour s’alléger le quotidien ?

Ma p’tite anecdote

On ne peut pas dire que j’aime particulièrement le système contraceptif hormonal, j’ai souvent eu l’impression d’être un « poulet aux hormones », néanmoins, c’est le moyen le plus rassurant que j’ai à l’heure actuelle pour me garantir de ne pas être enceinte à un moment que je juge comme inapproprié.

Comme beaucoup de jeunes femmes, j’ai commencé à prendre la pilule (contraception en comprimés) en fin d’adolescence. Au début j’ai souvenir que je trouvais ça assez simple et peu contraignant, mais peu à peu j’ai commencé à avoir des oublis. Au début de façon très espacée, et puis à une certaine période ces oublis se sont tellement rapprochés que prendre une contraception en devenait ridicule, puisque j’étais au final que très peu souvent « protégée ». J’ai donc choisi pendant un certain temps de complètement arrêter. Et puis un jour, il y a plusieurs années de cela, une amie m’a fait découvrir l’anneau hormonal Nuvaring, un moyen de contraception qu’elle utilisait depuis un certain temps avec une grande satisfaction, depuis, je l’ai adopté et je trouve son utilisation bien pratique.

L’anneau Nuvaring pique votre curiosité ?
C’est parti pour *la présentation Magique* !

Nuvaring, la présentation magique

1. Qu’est-ce que c’est ? Comment l’utilise-t-on ?


 

L’anneau contraceptif a, comme son nom l’indique, une forme d’anneau ! 😉 Il est fait en « plastique poreux », son diamètre est d’environ 5 cm, et il est flexible. A l’intérieur du tube de plastique il y a la contraception hormonale. Cette forme de contraception est composée des mêmes hormones que celles des pilules dites « combinées », c’est-à-dire qu’il y a des œstrogènes + de la progestérone.

L'anneau vaginal est flexibleL’utilisation de cette contraception se fait par voie interne, c’est-à-dire qu’il s’insère dans le vagin. La chaleur du corps déclenche la diffusion des hormones sur les muqueuses, qui elles les font passer dans le sang (c’est un peu comme lorsqu’on prend un médicament en le mettant sous la langue).

En clair, on insère l’anneau, on le laisse pendant 3 semaines à l’intérieur du vagin, puis on l’enlève une semaine pour avoir ses règles et on recommence. On peut l’enlever et le rincer pendant sa toilette, et on peut également l’enlever pendant les rapports sexuels s’il est gênant (dans la limite de 3 heures par jour). En cas d’oubli, ou de retard de plus de 3 heures, c’est comme avec les autres contraceptifs, il est indiqué de prendre une contraception d’urgence (pilule du lendemain), puis de se protéger pendant 7 jours à l’aide d’une protection dite « mécanique » tel que le préservatif.

2. Les points positifs


 

  • Pas ou peu de risque d’oubli. On l’insère une fois, on le garde pendant 3 semaines. Les seuls risques d’oubli sont : le jour de l’insertion (après la semaine de pose), après un rapport sexuel si on l’a enlevé.
  • Pas prise de tête. Cela rejoint le risque d’oubli, mais à mon sens c’est quand même différent. On est pas obligé de se balader en permanence avec sa plaquette de pilules, on n’a pas à se rappeler chaque jour de la prendre à telle heure…
  • Peur d’avoir oublié ? La vérification est simple. Eh oui, plus de place au doute et plus besoin de recompter le nombre de comprimés restants sur la plaquette pour se confirmer qu’on l’a bien pris, il suffit de vérifier s’il est bien en place. 🙂
  • Pratique en voyage. Pas besoin de se soucier du décalage horaire pour prendre la contraception de façon régulière.
  • On oublie très vite sa présence. Une fois correctement inséré (et c’est simple), on l’oublie très vite, c’est bien moins contrariant qu’un tampon par exemple.
  • Diminue les irritations et risques de mycoses. D’après ma gynécologue, le fait d’avoir une diffusion d’hormone pratiquement en permanence serait bénéfique pour la muqueuse et diminuerait les désagréments tels qu’irritations et mycoses.

3. Les points négatifs


 

  • Mêmes effets secondaires qu’une pilule combinée traditionnelle.
  • Non remboursé (mais il existe des astuces, voir plus bas)
  • Peut être gênant pendant des rapports sexuels (la solution est de l’enlever temporairement)
  • Peu avoir tendance à descendre lorsqu’on est constipé. Cela ne présente aucun risque côté contraception, du moment qu’il est en contact avec la muqueuse tout va bien, la seule chose c’est que cela peut être gênant en sensations, surtout s’il est « au bord de la sortie »
P’tites notes supplémentaires :

  • il vaut mieux être un minimum à l’aise avec son corps du fait que lors de l’insertion et du retrait du Nuvaring, vous serez en contact avec votre sexe
  • je vous conseille de vérifier non seulement si cela vous convient à vous, mais également si cela convient à votre partenaire (pour cela le mieux est non seulement d’en parler, mais également d’explorer)
  • si vous avez besoin de le retirer pendant les rapports sexuels, je vous conseille aussi de vérifier si vous êtes suffisamment à l’aise pour faire cette manipulation.

Mes dernières p’tites astuces

  • Mettez vous un rappel sur votre téléphone pour le jour où vous devez mettre votre anneau,
  • Lorsque vous enlevez temporairement le Nuvaring, mettez-le en évidence pour le voir et penser à le remettre en moins de 3 heures,
  • Responsabilisez votre Homme sur le sujet, il est autant concerné que vous sur la conception d’un enfant, vous n’êtes pas seule. Si vous enlevez votre anneau pendant les rapports sexuels, cela peut être en lui demandant de vous rappeler de le remettre après, ce qui peut vous éviter la prise d’une pilule du lendemain et/ou un avortement, de plus cela le sensibilise au sujet et les répercutions possibles,
  • Pensez à vérifier si votre mutuelle prend en charge une partie voir la totalité des contraceptions non remboursées, en général il s’agit d’un budget alloué à l’année à ce genre de dépenses. Comment se faire rembourser ? Lors de l’achat de votre contraception, demandez une facture à la pharmacie et envoyez-la à votre mutuelle, vous recevrez un virement directement sur votre compte dans un délai d’une à deux semaines environ,
  • Si vous habitez en Rhône-Alpes et que vous avez entre 16 et 25 ans, vous avez le droit à la carte M’ra (même si vous n’êtes pas étudiants ! 😀 ), qui vous donne divers avantages tel que l’accès au Pass contraception-prévention : ce sont des coupons qui vous permettent de payer vos contraceptions, des rendez-vous médicaux et également des analyses dans des établissements agréés. Et vous pouvez même vous le faire envoyer chez un(e) ami(e) plutôt qu’à votre domicile si vous préférez ! 😉 Pour en savoir plus sur l’obtention de la carte M’ra, c’est ici, pour en savoir plus sur le Pass contraception-prévention, c’est là.

Et vous, quel moyen de contraception utilisez-vous ?

Qu’en pensez-vous ?

Laissez-moi un commentaire !

Pass contraception-prévention carte M'ra

Crédits photos : BHF photography, dokteronline.com, medicalclaimlegal.com, C.J. Zamarron

Nuvaring anneau vaginal, Nuvaring contraception hormonale, Nuvaring oubli pilule, #nuvaring, #anneauvaginal

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

4 commentaires

  1. Bonjour Julie, pour ma part j’utilise ce moyen de contraception depuis juin dernier et j’en suis ravie ! Moi qui ne supportais plus la pilule après l’avoir prise pendant 5 ans adolescente, j’étais à la recherche d’un moyen de contraception souple, peu prise de tête et indolore. J’ai trouvé mon bonheur !

  2. Bonjour,

    Moi je viens de l’insérer et je l’ai poussé le plus au fond possible (à plusieurs reprises) et quand je vérifie, il a redescendu. C’est un peu stressant parce que je ne le sens pas mais j’ai peur que ce soit le cas à un moment ou à un autre et que ça me fasse mal. Aussi, il va clairement se faire sentir lors de rapports… 🙁

    J’ai googlé et je ne suis pas la seule à avoir eu ce problème (il y des vieux témoignages disant que c’était normal) et la plupart disaient que ça s’arrangeait au fil du temps. Mais d’autres disent qu’il faut simplement le pousser plus loin. (Mais c’est ce que j’ai fait… Pff.)

    Est-ce que tu as rencontré le même problème?

    1. Bonsoir *Marie* ! 🙂

      Tout d’abord merci de ta confiance et de ton commentaire, ce n’est pas toujours facile de parler de ce qui relève de son intimité, d’autant plus lorsque l’on se retrouve confronté à des difficultés.

      Je pense avoir quelques éléments qui pourront t’aider, car en effet, j’ai rencontré et rencontre encore ce petit problème souvent le ou les premiers jours de mon insertion. Voici donc 3 points que je peux t’apporter concernant ce soucis d’insertion complète de l’anneau :

      1. Personnellement, lorsque ce problème se présente, je déconseille de passer en force en poussant le plus possible pour le faire entrer. Notre corps est quelque chose de précieux, et forcer, comme avec toute chose d’ailleurs, est rarement la meilleure solution même lorsque c’est tentant, d’autant plus lorsqu’il s’agir d’une zone aussi sensible et intime que notre sexe.

      2. L’insertion de l’anneau se fait pendant la période de menstrues. Dans mes souvenirs, pour la toute première insertion se fait le premier jour des règles et les fois suivantes dans les derniers jours (le flux s’estompe jusqu’à s’arrêter après l’insertion de l’anneau). Pendant cette période, l’utérus est gorgé de liquide, il est donc gonflé, plus gros, ce qui entraine dans ce que je constate chez moi que tous mon système est plus bas qu’à l’ordinaire. Autrement dit, mon point de « butée » est plus bas et je peux guider mon anneau moins loin que plus tard dans mon cycle. C’est donc une période de quelques jours où en effet mon anneau peu avoir tendance à être plus proche de « la sortie » voir parfois sortir légèrement sans pour autant risquer de s’évader. Cela peut être inconfortable à certains moments, cela est néanmoins passager car les jours passant, mon utérus se dégonfle, tout le système remonte et je peux guider mon anneau à monter plus haut.

      3. Connaitre un peu plus son corps et notamment cette partie intime qu’est son vagin est aussi très utile. Nous sommes le produit de la nature et la nature est rarement complètement droite et tracée à la règle. En explorant un peu plus cette zone, on peut se rendre compte de sa forme et de son orientation, par conséquent trouver la façon la plus adéquat de guider son anneau pour qu’il puisse se positionner de façon confortable. Je remarque par exemple que si je le pousse en le guidant vers l’arrière (penché en direction du dos), cela fonctionne bien mieux que si j’essaie de le pousser tout droit. Une amie m’a récemment fait part quant à elle, de sa découverte de deux chemins possible, l’un étant « une impasse » (un faux chemin, un repli ne menant pas très loin), et l’autre étant le « vrai » chemin menant au col de l’utérus. Mon conseil est donc de prendre un petit temps de curiosité personnelle pour explorer cette zone, sa forme, son orientation, toujours avec douceur bien sûr ! 😉

      3 p’tites notes supplémentaires :
      – La position dans laquelle on se met au moment de l’insertion peut jouer sur l’ouverture du vagin et la fluidité de l’insertion. Certaines préféreront être très accroupies par exemple,
      – Pour que l’insertion se fasse fluidement, notamment lorsqu’on s’y prend à plusieurs reprises (ce qui amène souvent une sécheresse), il peut être aidant de lubrifier l’anneau avec un peu d’eau,
      – Lorsque l’anneau redescend et qu’on n’a pas accès à un endroit adéquat pour le guider de nouveau, jouer avec son périnée (le muscle notamment connu pour sa fonction « stop-pipi »), peut être aidant, même si cela peut demander un peu d’entrainement. Pour obtenir l’effet voulu je dirais que c’est un peu comme le contracter comme pour fermer le vagin, puis faire remonter la contraction du muscle à l’intérieur, un peu comme une aspiration.

      Le p’tit conseil de la fin :
      Mieux connaître mon corps et mon cycle a été pour moi une aide fondamentale que ce soit pour gérer ma contraception, mon approche à moi-même, mais aussi l’organisation de mon planning et mes relations aux autres. Pour cela mon guide a été Maïtie Trelaün, une experte du domaine dans une approche multidimensionnelle et vraiment belle. Si tu as envie toi aussi de mieux te comprendre et te connaitre de ce point de vue, je parle d’un livre qui pourrait t’intéresser ici : http://lesaventuresdejulie.com/a-la-decouverte-des-tresors-du-cycle-de-la-femme-guidee-par-maitie-trelaun/

      J’espère que ces éléments te seront utiles. Je te souhaite beaucoup de douceur dans ton exploration de ce nouveau moyen de contraception ainsi qu’une très belle nuit ! ✨

      Ps : Si tu as d’autres questions, je te répondrais avec plaisir dans la mesure de mes capacités et de mon expérience personnelle.

Déposer un commentaire