Gâteau amusant et gourmand,

Témoignage complet
Retour arrière

En octobre 2016, lors d’une discussion avec Julie, celle-ci m’a proposé un produit original : « un accompagnement gâteau », à l’occasion de l’anniversaire de mon fils.

Lorsque j’écoutais mes copines, toutes avaient plus ou moins réalisé un « super magnifique gâteau » à l’occasion de l’anniversaire de leurs enfants : gâteau Hello Kitty, gâteau Lego, gâteau Spider Man ou gâteau château fort, gâteau Minnie…
Cela m’impressionnait et me faisait saliver d’envie. Mon fils allait avoir six ans, et à chaque anniversaire c’était son papa qui lui faisait toujours le même gâteau : un fondant aux trois chocolats, dont mon fils s’était lassé. Moi, la pâtisserie, ce n’était pas trop mon truc, et en plus ça me faisait un peu peur de me lancer toute seule dans la réalisation d’un gâteau « en forme de quelque chose », que j’imaginais de façon très compliquée.

C’est alors que ma route a croisée celle de Julie, et qu’après un moment d’échange avec elle sur ce qu’elle pouvait me proposer, j’ai décidé, comme une aventurière en terre inconnue, de me lancer dans la réalisation d’un gâteau, et pas n’importe lequel : un gâteau en forme de serpent (puisque mon fils adore les serpents et que nous avons prochainement pour projet un voyage en Amazonie), qui s’est révélé prendre la forme d’un boa.

Julie a proposé de m’accompagner dans cette aventure, (en prévision du repas de famille traditionnel que mon mari et moi organisons chaque année pour l’anniversaire de notre fils.)
Elle m’a demandé de réfléchir aux saveurs que j’avais envie qu’il ait, à sa consistance, sa forme, au choix du type de chocolat, ainsi qu’aux motifs que je souhaitais peindre sur le serpent.
Après discussion, mon choix s’est arrêté sur un gâteau composé d’une génoise enrobée de ganache au chocolat, le tout recouvert de pâte à sucre qui serait peinte par mes soins.
L’aventure commençait ! Une dizaine de jours plus tard, Julie m’a envoyé une photo du gâteau serpent qu’elle avait réalisé en test, histoire de bien valider le processus de fabrication qu’elle allait appliquer le jour J avec moi.

La formule de cet accompagnement gâteau était « all inclusive » : c’est-à-dire que Julie s’occupait de tout : achat des ingrédients et fourniture du matériel (moule à gâteau, couleurs alimentaires, pinceaux), et venait chez moi afin que je réalise le gâteau dans ma cuisine.

Puis cette journée tant attendue est arrivée : Julie est arrivée chez moi avec sa mallette à merveilles, et nous nous sommes installées dans ma cuisine. Nous avons commencé par une méditation-visualisation guidée par Julie, accompagnée de musique, durant laquelle elle m’a invité à imaginer une ambiance tropicale, en laissant mes cellules s’imprégner du serpent imaginaire que j’allais créer. J’ai adoré ce moment, qui m’a permis de voyager le temps de quelques minutes, et de me connecter à l’énergie millénaire du serpent.

Grâce à cette méditation, j’avais activé mon mode « sous les tropiques », et nous sommes passées à l’étape de la réalisation du gâteau.

Julie m’a expliquée étape par étape le gâteau que j’allais réaliser, en donnant du sens à chacune des actions et chacun des gestes que j’allais faire. Ceci m’a permis de développer une confiance en moi, que je n’avais pas au départ.
Petit à petit, le serpent s’est matérialisé sous mes yeux : d’abord une moitié de corps en génoise, puis une seconde moitié, puis la ganache au chocolat dont j’ai recouvert la génoise, et enfin la pâte à sucre… j’étais émerveillée de sentir cette création prendre forme sous mes doigts, guidée par la douce autorité de Julie, qui était ce jour-là ma Maître-Pâtissière.

Dans ma cuisine, je me sentais comme une aventurière découvrant de nouveaux territoires : magie de sentir que je pouvais créer, donner forme à une envie, et pétillement de mes cellules insufflé par la joie de Julie qui virevoltait comme une fée dans ma cuisine. Pâtisser m’avait toujours semblé compliqué alors qu’il s’agissait d’un jeu ! Je me sentais pleinement vivante dans l’univers de ma cuisine, transformé en laboratoire pâtissier, l’odorat éveillé par le doux fumet du chocolat, et bercée par la douce chaleur qui se répandait autour de moi.

Le temps d’une journée, même si la météo de novembre était pluvieuse, je me suis sentie transportée en Amazonie, telle une Reine de la jungle créant son Arche de Noé et commençant par le plus primitif des animaux : le Serpent.

Mon serpent boa a pris forme petit à petit sous mes doigts. Il était majestueux, et aussi voluptueux. Je modelais son corps imposant dont la vocation première était d’engloutir, et qui pour une fois allait être dévoré sans pitié !

Il trônait maintenant au milieu de la table, et il fallait désormais lui apporter la touche finale pour lui donner pleinement vie : les couleurs.

Julie a sorti ses pinceaux et ses pots de couleur de sa mallette magique. L’imagination était désormais au pouvoir : avec ma fille, qui souhaitait participer pour la fin, nous avons libéré notre inventivité : alors que j’avais imaginé ce serpent conforme aux couleurs qu’il a habituellement dans la jungle, j’ai eu envie d’écouter ce que me disait mon enfant intérieur : j’avais envie qu’il soit à la fois effrayant et rigolo ! J’ai alors peint une partie de son corps avec des couleurs sombres, sous forme de rayures verdâtres et rougeâtres, et une autre partie de son corps, de concert avec ma fille, avec des points et des taches de toutes les couleurs ! La créativité était à son comble ! Il était magnifique.

Il ne restait plus qu’à le laisser reposer dans l’ombre de la cuisine, jusqu’à son destin fatal du lendemain où il serait dégusté à la fin du repas…

Le repas d’anniversaire arriva, et le serpent clôtura la fête, pour le plus grand bonheur de mon fils. Ce gâteau étonna tous les esprits par sa ressemblance avec un vrai serpent, les couleurs mis à part.

Aux questions étonnées de ma famille (puisque je n’étais pas connue pour réaliser habituellement de tels gâteaux), je fus fière de déclarer que c’était moi qui l’avais réalisé, avec l’aide d’une Maître d’oeuvre en pâtisserie.
Mon fils était aux anges, et il a eu l’immense privilège de déguster lui seul la tête du serpent.
Pour moi, cette journée d’accompagnement gâteau reste mémorable, et a contribué à me sentir fière, et pleinement maman, d’avoir réalisé un si beau gâteau pour les six ans de mon fils.

Merci Julie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Retour arrière