Aventure danse : ma 8ème vidéo du Challenge danse pendant 21 jours

Julie - 7 juin 2016

Aventure Parisienne : A la rencontre de 3 formes de Magie…

Julie - 7 juin 2016

Comment les transports en communs peuvent-ils devenir un lieu Magique ?

Julie - 7 juin 2016
Vidéo 8 challengedanse21 - lesaventuresdejulie.com
Aventure Parisienne : à la rencontre de 3 formes de Magie...
Comment les transports en commun peuvent-ils devenir un lieu Magique

Je prends les transports en commun depuis que je suis entrée au collège. Peut à peu, c’est devenu mon moyen de transport principal. Mais alors, pourquoi je souhaite vous parler de ce sujet aujourd’hui ? Vous le comprendrez mieux en lisant ceci :

Ma p’tite anecdote

J’ai souvent entendu dire autour de moi : « Quand j’ai eu ma voiture ça a été Magique pour moi, je me suis sentie liiibre ! Beurk les transports en commun, c’est pas pratique, c’est inconfortable et désagréable, je préfère largement conduire ! ».

Pour ma part, soyons clair, j’ai mon permis voiture, mais la conduite, pour le moment ce n’est pas mon truc, je ne suis pas à l’aise, je trouve ça stressant, bref, rien de très plaisant. Et puis… je ne trouve pas les transports en communs spécialement désagréables, j’aime bien me déplacer de cette manière, même s’ils y a des inconvénients comme dans toute chose. Cela a souvent questionné mon entourage, et d’ailleurs au bout d’un moment moi aussi je me suis questionnée. Qu’est-ce qui peut réellement me plaire dans ce mode transport, outre l’habitude de le prendre et le fait que cela m’évite de conduire ?

Il y a peu de temps, je montais dans le métro, et j’ai eu un déclic : j’ai repéré plusieurs de mes fonctionnements, qui m’amènent à considérer les transports en commun comme Magique. C’est ça que je souhaitais partager avec vous aujourd’hui.

Vous êtes curieux(se) ?
C’est parti pour *l’explication Magique* !

L'explication Magique - transports en commun et plaisir - lesaventuresdejulie.com

C’est simple, à partir de ce moment-là, j’ai vu les 3 grands points qui m’amènent à considérer les transports en commun autrement :

1. Optimisation du temps

La première chose que j’aime lorsque je prends les transports en commun, que ce soit le bus, le métro, le train etc…, c’est que ce n’est pas moi qui conduit. Vous vous dites certainement : « Élémentaire ma chère Julie, vu que tu n’aimes pas ça ! »…

…Je suis d’accord, même si ce n’est pas seulement pour cette raison que j’aime particulièrement ce point. C’est aussi et surtout, parce que du fait que je ne suis pas occupée à conduire, j’ai du temps de libre devant moi, temps que je peux utiliser suivant mes besoins du moment.

Vous vous demandez peut-être qu’est-ce que je peux bien faire de constructif dans les transports ?

Voici quelques exemples :
– écrire/relire un article,
– organiser mon agenda,
– faire du coloriage,
– lire,
– faire une sieste,
– écouter/regarder une vidéo de formation,
– réfléchir sur un sujet, une problématique,
– noter des idées,
– me préparer avant un rendez-vous,
– faire une transition entre deux rendez-vous ou activités,
– manger (dans le cas ou je n’ai pas d’autre moment de disponible),
– me masser des points sensibles (mains, visage, ventre),
– faire une méditation,
– me limer les ongles,
– à l’époque où cela m’arrivait bien plus souvent : me maquiller,
– …

2. Espace de jeu

Les transports en commun sont aussi pour moi une espace de jeu. J’ai pu en remarquer que j’en ai plusieurs, en voici 2 :

  • le « TrouverUnePlaceAssiseLePlusRapidementPossible »

    (hey oui, quand on parle vite, les mots se collent entre eux ^^)

Je n’aime pas être debout et statique, c’est très inconfortable pour moi. J’aime marcher mais rester debout et figée, ça non. Du coup je me lance un défi lorsque je prends les transports en commun : trouver le plus rapidement possible une place assise.

De prime abord, cela peut paraitre une corvée mais en changeant son regard et sa façon de faire on peut vraiment le transformer en jeu. Moi je le vois un peu comme un croisement entre les chaises musicales et la chasse au trésor. L’expérience est bien plus amusante et satisfaisante, d’autant plus quand je trouve des places que je ne pensait pas disponible ou que personne n’a vu ! 😀

Règles du jeu :
– être rapide,
– être observateur,
– être agile,
– être à l’affut,
– rester respectueux.

  • le « Je m’assoie à la première place que je vois »

Alors celui-ci, je le pratique très souvent aussi mais surtout en période creuse car il nécessite d’avoir le choix entre plusieurs sièges.

En quoi consiste t-il ? L’idée ici est de m’assoir à la première place disponible que j’ai vu, même si…

Même si quoi ? Eh bien j’ai remarqué que lorsque j’avais le choix, j’avais tendance à réfléchir à quel(e) voisin(e) de siège j’allais choisir en fonction me mes peurs, mes croyances limitantes ou encore mes à priori sur les gens. Du coup l’idée de ce jeu est de dépasser mes peurs injustifiées, ce qui veut dire en pratique que le premier siège disponible que je vois est celui ou je dois m’assoir quel que soit la personne qui se trouve à côté de moi. Une fois sur mon siège, à moi de faire en sorte de me sentir bien, même si de prime abord ce ne serait pas la première personne à côté de qui je me serais positionnée.*

(*Bien sûr je m’autorise à perdre à mon propre jeu, notamment si je n’ai pas l’énergie nécessaire à ce moment là, si je trouve le défi est trop grand, ou encore si je sens une alerte intérieure justifiée.)

3. Exploration de soi, développement personnel

Les transports en commun sont, comme leur nom l’indique, un espace qui permet de se déplacer en « commun » avec d’autres personnes, ce qui veut dire qu’on se retrouve assez souvent au milieu d’une foule de monde.

Comme nous le savons tous, ce type d’endroit et de contexte est très favorable pour amener des tensions soit intériorisées soit extériorisées, et au passage des conflits. Depuis quelques temps maintenant, je constate que très souvent, au lieu de subir simplement ces situations, je choisis de les mettre à profit pour explorer des choses, «travailler sur moi», ce qui me fait voir les transports en commun comme un laboratoire d’exploration, un petit peu à la « Basil détective privé » ou « Sherlock Holmes ».

Mais alors, comment je m’y prends ?

  • Observation/constatation

Dans un premier temps, j’aime m’observer dans mes réactions à ce qui me tend, me crispe, me perturbe. Ce qui veut dire que je regarde, je constate ce qui se passe sans rien essayer de modifier.

Prenons un exemple :
Je suis assise tranquillement et il une personne se met à faire du bruit, plus que ce que je peux tolérer (enfant qui pleure et personne ne le calme, adolescent avec de la musique en haut-parleur, adulte au téléphone qui parle fort…).

A ce moment là, j’ai plusieurs choix de réactions, et souvent elles sont instinctives, soit par habitude, soit parce que l’émotion ressentie est trop forte. Je trouve intéressant à ce moment-là d’observer ce qu’elles vont être. Vais-je : rester sur place, me taire et ronchonner ? Me déplacer, changer de lieu ? Aller à la rencontre de la personne ? Décider de rester sur place et essayer de me détendre, même s’il y a cette personne qui fait quelque chose qui me dérange ?

  • Questionnement

Je continue mon exploration en me questionnant.

Tout d’abord :
– Est-ce que la réaction que j’ai eu était en accord avec moi-même et m’a permis de retrouver mon calme ?
– Ou est-ce qu’au contraire elle m’a encore plus énervée et je me dis que j’aurais dû faire autre chose ?

Si je me rends compte que je suis dans la seconde option :
– Qu’est-ce qui me permettrait d’aller mieux ? De quoi j’ai besoin ?
En général, c’est tout simplement de choisir une autre option dans celles citées plus haut dans mon exemple.

Puis :
– Est-ce cette action me raporte plus qu’elle ne me coûte ?
Si ce n’est pas le cas, je révise choix.

Et pour finir :
– Est-ce que je me sens capable de la mettre pleinement en application ?
Si oui, il me suffit de passer à l’étape suivante, si non, je cherche soit comment trouver le courage de faire ce que je souhaite faire, soit une autre façon d’agir qui me permettrait de retrouver mon calme.

  • Action

Une fois que j’ai répondu à toutes ces questions, je n’ai plus qu’à passer à l’action ! 😉

Mes dernières p’tites notes

  • Si vous prenez les transports en commun et que cela vous est fastidieux, je vous invite à tester comment voir ces trajets autrement, en testant mes idées de fonctionnement  ou en trouvant les vôtres !

Comment vivez-vous les transports en commun - lesaventuresdejulie.com

Comment vivez-vous les transports en commun ?
Dites-le moi dans un commentaire ! 🙂

 

Crédits photos : Julie Emery, valerian.centerblogDane Shitagi

#transportsencommuns, #ratp, #sncf, #tcl, #magie, #lieuxmagiques, #bus, #metro, #train, #avion, #lesaventuresdejulie, #aventure, #magie

5 commentaires

  1. Article très intéressant ! Puisque je prends aussi les transports en commun (juste l’autobus), je comprends parfaitement ! Moi aussi je vois ça de cet oeil.

    1. Bonsoir *Josianne* 😀

      Je te remercie pour ton commentaire. Je suis ravie que cet article te parle 🙂

      Je te souhaite une merveilleuse soirée et de belles aventures dans tes voyages en bus ! 😉

  2. Excellent Julie ! Merci pour cette fraicheur !
    Personnellement, je ne m’assoie jamais et les personnes qui se ruent sur les places libres me font rire en fait.
    Debout j’arrive à méditer / micro-siester, c’est au top. Je ressors souvent régénéré. Et ça permet de lire aussi, parfois de rencontrer des gens, de rire aussi car il y a beaucoup de conversations amusantes quand on les écoute.
    Hmm finalement, j’aime bien les transports en commum ! Bon, quand ils sont bondés et qu’il fait 40°C, c’est moins chouette, mais c’est rare 🙂
    Bravo pour ton challenge de danse en passant car tu l’as fait en plein air au milieu des gens et c’est bien plus courageux que celles et ceux qui l’ont fait entre 4 murs et à l’abri des regards 😉
    Belle journée !
    Dorian

    1. Hello *Dorian* !

      Je suis ravie de te revoir par ici. 🙂

      Ca m’impressionne que tu arrive à faire tout ça en restant debout, pour moi c’est tellement inconfortable ! En tous cas, je pense que je t’amuserais si tu me voyais dans les transports, vu mon comportement de quête de places assises ^^

      C’est vrai que je n’ai pas cités ces points ici, mais je te rejoint sur les rencontres qu’on peut faire dans les transports et les conversations amusantes. Ce qui est drôle pour moi, c’est que ça m’arrive vraiment de façon inconsciente d’écouter les conversations des autres. Un peu comme si à un moment donné mes oreilles se « branchaient » sur le « réseau » d’un groupe alentour, et c’est au moment ou ça m’amuse que je me rends compte qu’en fait j’étais en train d’écouter leur conversation sans même m’en rendre compte…

      Merci pour le challenge danse, ça a été vraiment une belle expérience qui m’a permis de dépasser mes limittes, tant au niveau des conditions dans lesquels j’ai fait mes improvisations que dans le fait de les poster sur le web et ici sur le blog. 😀

      Pétillante soirée à toi !

  3. Cc julie ,

    Alors j’ai lu cet article dans le train justement que je prend tous les jours pour aller travailler sur Paris!

    En voilà une belle façon de voir les choses, sous forme de jeux, c’est moins morose en effet !

    Moi aussi je cherche une place assise et j’élabore tt un plan de bataille dans ma tête ! Mdr
    Je ne gagne pas à tous les coups mais qd j’y arrive je suis contente !

    Alors c’est vrai qu’il y du bon et du moins bon. Cela dit selon les jours et les envies on peut lire, écouter la musique, rêver …bref faire pleins de chose !

    Enfin je vais lire également l’article de Nina folie, j’ai plaisir à lire vos articles à toutes les 2

    Bonne journée à toi,

    Sabrina

Déposer un commentaire